Visite virtuelle

Grâce à notre visite virtuelle, vous pouvez explorer le bâtiment à partir d’un ordinateur ou de votre téléphone portable sur place. Les parties du bâtiment généralement accessibles au public, sont complétées lors de cette visite virtuelle par des stations que vous ne pouvez pas visiter ou que vous pouvez visiter uniquement dans le cadre d’une visite guidée officielle.

Les parties du bâtiment librement accessibles

La coupole et la sculpture en bronze

Au-dessus de la traverse, s’élève une tour carrée qui débouche sur la coupole extérieure d'une hauteur totale de 68,50 m. La coupole est couronnée d’une lanterne avec la sculpture de la "Vérité" en bronze de 5,50 m de haut. Aux quatre coins du socle de la coupole, se tiennent des aigles aux ailes déployées. Des figures féminines sont assises dessus. Dans une main, elles tiennent un flambeau et dans l’autre, un livre. Elles symbolisent la « vérité » portée par le Tribunal du Reich à travers ses décisions suprêmes dans toutes les parties de l’Empire allemand.

Portail principal

La façade principale orientée vers l’est se caractérise par le portail aux six colonnes avec un fronton triangulaire. Au milieu, se trouve le trône Justizia, la déesse de la Justice. À sa gauche, se trouve une représentation imagée du caractère libératoire de la justice. Le groupe de statues à droite témoigne de la fonction punitive de la justice. À gauche et à droite des colonnes, se situent lesdites tours impériales. Dans les niches aujourd’hui vides se trouvaient à l’origine les statues de l’Empereur Guillaume I et Guillaume II. Lors de la restauration complète au cours de laquelle le bâtiment a été en grande partie remis dans son état d’origine (de 1998 à 2002), il a été renoncé à leur reconstitution. De même, il n’a pas été procédé à la restauration des ornements d'origine des fenêtres avec les couronnes impériales et les orbes qui, à l’époque de la RDA, avaient été transformés, entre autres, en blasons de villes allemandes (même de l’ouest).

La façade nord

L’aile nord du bâtiment située sur la Wächterstraße abrite encore aujourd’hui la bibliothèque du Tribunal. Les sculptures de six jurisconsultes regardent depuis le haut : Eike VON REPGOW, Johann Freiherr VON SCHWARZENBERG, Johann Jacob MOSER, Karl Gottlieb SUAREZ, Paul Johann Anselm VON FEUERBACH et Friedrich Karl VON SAVIGNY.

La façade ouest

Au centre de la partie ouest du bâtiment, se trouvent les salles d’audience. Les motifs sur les façades symbolisent ainsi les fonctions judiciaires du Tribunal : Les aigles domptent les serpents qui, en de nombreux endroits du bâtiment, peuvent être vus comme un signe du mal et du mensonge. Les têtes de lion enchainées montrent que même le plus puissant doit se soumettre au droit.

La façade sud

Dans la partie sud du bâtiment donnant sur la Beethovenstraße, se situaient les appartements du Président du Tribunal du Reich, ainsi que la salle de réception qui en faisait partie. La façade n'extériorise donc aucune représentation de la justice, mais des motifs festifs et accueillants qui sont couronnés par le groupe des statues personnifiant l’« hospitalité ».

La salle de la coupole

La salle de la coupole est le point central du bâtiment. À partir de là, il est possible de rejoindre toutes les parties publiques. Les portes ouvragées, en fer forgé, aux coins de la salle délimitaient auparavant la partie publique et privée du bâtiment. Aujourd'hui, des systèmes de fermeture modernes ont été installés.

La salle a une longueur de 33,50 m, une largeur de 23 m et une hauteur de 23,60 m sous la coupole. Le plan est inspiré d’une croix romaine, la salle rappelle la décoration d’une basilique. La dernière pierre posée sur le sol marque l’inauguration du bâtiment du 26 octobre 1895. Depuis l'emménagement de la Cour administrative fédérale, le buste placé à l’extrémité opposée du hall évoque le souvenir de Rudolf VON GNEIST (1816-1895). Le juriste et politicien prussien fût le premier à exiger une juridiction administrative indépendante et distincte.

La lumière entre par quatre grandes fenêtres en demi-cercle, décorées de vitraux. Elles symbolisent les régions de l’ancien Empire sur lesquelles la juridiction du Tribunal du Reich avait compétence : Le commerce et le transport maritime sous les armoiries de Hambourg et de Lübeck au nord, l’agriculture ainsi que Königsberg et Marienburg à l’ouest, l’art et l'art décoratif avec Nuremberg et Augsbourg au sud, ainsi que l’industrialisation avec les villes de Cologne et de Strasbourg à l’ouest.

Le musée du Tribunal du Reich

À l’extrémité arrière de la salle se trouve, sur la gauche, l’entrée du musée du Tribunal du Reich.

Escalier

À gauche de la salle, l’escalier principal mène à la galerie. Sur le mur, il y a un groupe de statues (« damnation ») symbolisant la condamnation d’un malfaiteur. Le côté opposé montre un accusé qui a été acquitté (« rédemption »). Ces sculptures comme la plupart ont été créés, d’après les ébauches de l’architecte HOFFMANN, par le sculpteur Otto LESSING (1846 bis 1912).

La galerie

La galerie comporte un grand nombre de reliefs symbolisant les fonctions et les objectifs de la juridiction. Des flambeaux de la vérité chassent des dragons ou des serpents comme signes du mensonge et du mal. Une colombe avec un rameau d’olivier annonce la paix (juridique). La tête de Pallas et les hiboux représentent la sagesse. De la galerie, on distingue le mieux les quatre reliefs semi-circulaires des deux côtés de la fenêtre colorée nord et sud. Ils représentent les activités de la justice (pénale) : à côté de la fenêtre sud, il y a « l’ enquête » et l’« exécution », et à côté de la fenêtre nord, le « jugement » et la « grâce ». Dans les angles du dôme suspendu sont représentées les vertus judiciaires, à savoir la sagesse, la clarté, la détermination et la clémence. Dans les vitrines de la galerie, des expositions temporaires présentent des ouvrages historiques de la bibliothèque.

La grande salle d’audience

La grande salle d’audience fait partie des lieux les plus impressionnants du Tribunal. Elle est longue de 23 m, large de 12 m et haute de 9,80 m. À l’exception des sièges et du banc des magistrats, la salle se trouve dans son état d’origine. Son aménagement illustre la prérogative de proclamer le droit sur tout l’Empire. Les boiseries en chêne du plafond et des murs montrent les armoiries de tous les États membres de l’Empire, avec celles des royaumes de Prusse, de Saxe, de Bavière et de Wurtemberg au centre du plafond. Sur les fenêtres colorées, peuvent être vues les armoiries de 25 villes, où se trouvaient autrefois des Cours d’appel. Les portraits de l’Empereur Guillaume I et Frédéric III sont exposés sur le mur opposé. Dans la grande salle d’audience, s’est tenue, notamment le procès concernant l’incendie du Reichstag. Aujourd’hui, la salle n'est pas seulement utilisée pour des procès, mais aussi pour des concerts publics organisés par l’association Art et Justice en raison de son excellente acoustique (Kunst und Justiz e.V). Nous vous informons que la grande salle d’audience ne peut pas être visitée pendant les audiences.

Les autres parties du bâtiment

Les salles d’audience historiques

Une ancienne salle de la chambre civile ainsi que deux anciennes chambres pénales sont conservées dans leur état d’origine avec un plafond de chêne, des portes en bois richement décorées et des panneaux muraux. Il y a un panneau de porte dans la chambre civile, sur lequel deux coqs se disputent une mouche, ce qui correspond à un clin d'œil mettant en exergue la relation (la disconvenance) qui existe parfois entre l’ardeur belliqueuse et l’objet du litige. Dans l’une des chambres pénales, une porte met en scène un tueur de dragon et des chaînes sans fin soulignent la peine qu'encoure le malfaiteur condamné. Les salles continuent à être utilisées pour des audiences de la cour et peuvent ainsi uniquement être visitées dans le cadre de visites guidées.

Salles d’audience de style moderne

Les autres salles d’audience sont aménagées de façon moderne en chêne clair. Elles sont également dotées, comme les salles d’audience historiques et la grande salle d’audience, de toutes les installations techniques nécessaires au fonctionnement moderne d'un tribunal. Compte tenu des audiences qui s’y déroulent, les salles ne peuvent être visitées que dans le cadre des visites guidées.

Cage d'escaliers en marbre

Les appartements du Président du Tribunal du Reich disposaient d’une entrée propre. De cette entrée, la cage d'escaliers en marbre conduit dans la partie des appartements du Président, qui était utilisée pour des réceptions. La cage d'escaliers témoigne de l’ambition des architectes de créer une œuvre d’art globale, et qui ont également pour cette raison conçu eux-mêmes, par exemple, des garde-corps, des décorations murales et de plafonds, ainsi que des candélabres.

Salle à manger des anciens appartements du Président

Dans l’ancienne salle à manger des appartements du Président, le plafond en chêne richement sculpté est particulièrement impressionnant. Comme dans la chambre civile historique, les architectes faisaient également un clin d'œil à travers l’ornement du cadre de la porte dans lequel on apercevait des oiseaux nourrissant leurs jeunes oisillons affamés dans le nid. Ce détail n’a malheureusement pas pu être restauré. Aujourd’hui, la salle est utilisée pour des congrès et des réunions.

Salle de réception

L’ancienne salle de réception, haute en couleurs, richement décorée de tableaux, de sculptures et d’ornements en relief dans l'aile sud du bâtiment, dévoile sa splendeur très baroque. Elle était utilisée pour les bals et les réceptions privées du Président du Tribunal du Reich. De nombreux reliefs représentant des danseurs et des musiciens témoignent du caractère festif de la salle. Une fresque au plafond au centre de la salle permet de voir « l’ entrée d’Apollon, accompagné des muses, au sein de la justice ». Le modèle décoratif s’est inspiré des anciennes salles du Louvre à Paris.

La bibliothèque

La bibliothèque résolument moderne est disposée sur deux étages, ainsi que sur deux entresols, dans la partie nord du bâtiment. La cage d'escaliers historique conduisant à la bibliothèque montre dans du verre coloré un érudit romain et un moine. Ils symbolisent le droit romain et le droit canonique en tant que deux sources principales du droit allemand.

Les nouvelles combles aménagés

Afin de tenir compte du besoin en espace de la Cour administrative fédérale, un 4ème étage a été construit sur le toit du bâtiment en étroite collaboration avec la Conservation des monuments historiques de Saxe.